Logo FAM

NOUVELLES

Tournée européenne 2007, Envoi # 28, juillet 5 au 7

Envoi # 28, juillet 5 au 7

                          
                                        
               Tour du Monde 2003-2012 
             Équipe Canada –Tandem 
             (Avec les yeux du Coeur)
 



Surveillez-vous attentivement ; un vélo peut en cacher un autre.Devenez des pros du vélo par besoin, par plaisir ou par passion dans une vie active et pleine de rebondissements heureux.  
                                                                                                                                                                   

5 au 7 juillet :Ces trois jours sont présentés dans un seul bloc. À la question : Que voulez-vous dire par des capacités-incapacités quand vous parlez de Jean Bouchard, personne de 70 ans, née sourde, muette et devenue complètement aveugle autour de 50 ans ?   

Cet homme est rempli d’énergie, d’une forme physique excellente et de diverses ressources pour inciter les gens à devenir actif.  Il a tout simplement besoin d’accompagnement pour maintenir un minimum d’autonomie, favoriser son développement dans ses domaines d’intérêts, dans ses éveils personnels et le renforcement de ses capacités naturelles.  Son intégration sociale et sa contribution, à sa façon, à l’évolution de la société et de la civilisation dans laquelle il vit, relèvent de sa responsabilité. 

Les sorties en vélo sont un exemple de son implication formelle dans l’évolution de son milieu.  Même si cette personne ne faisait que réveiller les gens, dit normaux, de son entourage, ça serait déjà beaucoup mieux que bien des médicaments absorbés tout azimut.
 

Nous sommes partis de Strasbourg le 5, sur la fin de l’avant-midi après une visite rapide de son centre ville et principalement de sa cathédrale.  Nous avons rayonné autour de ce chef d’œuvre architectural à la façon des rayons d’une roue de vélo.  500 kms plus loin, après 7 heures de voiture vers la ville lumière, nous sommes allés nous installer à la Maison des élèves de l’École Centrale de Paris.  On a été reçus comme des invités de marque dans ce milieu de formation pour les ingénieurs.  Le Directeur nous attendait à la porte, non pas avec une brique et un fanal mais avec le sourire aux lèvres pour nous parler de notre périple et s’informer de la qualité de nos vélos.  C’est quand même curieux que nos vélos passent avant nous.  Ça doit être lié à sa passion du vélo.  Le soir nous nous sommes rendus au centre ville, à pied svp, de Châtenay-Malabry et là, nous avons pris notre repas dans un chic restaurant chinois.  Les mets, sans être très relevés, avaient à la fois du goût et bon goût.



Le matin du 6, jusqu’à 13h00, nous avons été filmés par un poste de TV français, Direct 8.  L’émission passera en septembre.  On a roulé près de 5 kms pour le tournage du ‘’camera man’’. 

En après-midi on s’est rendus à Paris par le RER.  Nous avons visité les magasins sur la rue Haussmann, principalement les galeries Lafayette.  Puis, pendant 3 heures, nous avons marché dans Paris en direction du quai St-Michel et plus précisément devant la Cathédrale Notre-Dame de Paris.  À 18h00, on s’est retrouvés au point zéro des routes de France, en face de la Cathédrale, pour y retrouver Julie Bouchard, nièce de Jean, son mari Pascal et leur plus jeune enfant Alma.  Les deux sont professeurs dans deux universités différentes.  Après s’être promenés dans le quartier Latin, puis être allés manger à la place de la Sorbonne, face à la  maison offerte au début de sa création, par ce personnage, pour aider les étudiant démunis, nous sommes allés à la bouche de métro St-Michel.  Toute la soirée, Jean et sa nièce Julie se sont rappelés des souvenirs de famille. 
 

Le 7 au matin, nous avons balayé nos courriels, avant de partir vers la propriété de Claire Boursier.  En route, nous avons fait du lèche-vitre par les fenêtres de l’auto, visité quelques petite villes en chemin, soit dans le désordre St-Germain en Laye, Montresson, Dandouillet, Épone, Mézières, Porcheville, Mantes la Jolie, Échapet, Aubergeville, Les Alluets, Ecquevilly, Bazemont. 

Rendus chez Claire, nous avons été accueillis dans leur domaine et, Claire avait les bras ouverts et elle nous attendait devant le porche de leur demeure.  C’est une demeure ancienne, de plus de 300 ans. 

Ici les gens sont d’accord pour vous dire que la vie en ville peut être bien tout en ajoutant que celle de la campagne apporte plus de liberté, de silence et d’espace pour un ressourcement et épanouissement personnel.
 Après la visite des lieux, notre admiration devant les deux caves à vin, quelques activités avec leur fils Nicolas, s’être réchauffés auprès des braises du B.B.Q., on a parlé de notre tour.  Par après, pour un rendez-vous de 18h30, l’équipe avec les yeux du cœur s’est déplacée au centre ville pour aller rencontrer des cyclistes et Ahmed Sehil, journaliste du journal ‘’Le Courrier de Mantes’’.  Ce dernier est aussi venu avec nous, à la propriété de Claire, pour prendre des photos avec notre équipement de cycliste. 

Ensuite, nous avons pris notre apéro à  l’extérieur et le repas à l’intérieur.  Ce dernier s’est terminé passé minuit.  Le gâteau, chef d’œuvre de la famille sous la supervision de Claire était construit à l’image de notre tour d’Europe avec tous les détails de notre parcours et de la richesse des différents lieux visités.  On vous reparlera de vive voix à ce sujet. Durant la soirée, suite à nos discussions à bâton rompu, mais plein d’éclaircissements nouveaux, ha, ha, nous avons trouvé des solutions à tous les problèmes du monde sauf ceux de notre chère France, pays de nos ancêtres.
 


Faits vécus en vélo
 :


  1. Un autobus, lors d’un dépassant de Richard et Michel, a perdu un enjoliveur, communément appelé cap de roue.  Il s’est détaché et il est venu passer juste devant eux avant de prendre le fossé.  Michel nous l’a relaté en disant que ce cap semblait plus gros qu’un dessus de poubelle.
  2. Dans nos airs d’aller, les vélos qui suivent le premier ont souvent passé la lumière au rouge afin de rester regroupé.  On n’a pas besoin de vous dire lequel était protégé par le groupe.


Les coups de cœur de ces trois jours
 :


  1. L’accueil chaleureux des très nombreux membres Lions qui étaient présents à la Maison de Élèves de l’École Centrale de Paris.
  2. La rencontre de la petite Alma, en compagnie de ses parents Julie et Pascal.
  3. Le séjour de quelques heures dans la famille de Claire Boursier.


 Anecdotes :
 

  1. Dans un stationnement, un enfant suit sa mère en chignant.  La maman dit sévèrement à son enfant en tournant la tête : Arrête où j’appelle le loup sur mon portable.  Selon nous, elle aurait été mieux de lui prendre la main et de marcher à son rythme.  Pour le loup, ça se passe de commentaires.
  2. En France, on retrouve beaucoup d’annonces et expressions anglaises mais aucune en allemand, en espagnol ou en italien. 


 Le lancer de deux défis :


  1.  Essayer de parcourir à pied ou à la course autant de chemin qu’en vélo sur une même période de temps.  Vous savez, en vélo, on peut rouler longtemps et faire de bonnes distances sans fatigue excessive et pourtant l’organisme peut fournir un travail imposant et avoir des effets marqués sur tous les systèmes physiologiques, y compris les diverses dimensions de la personnalité.
  2. Aller aux Galeries Lafayette et trouver la cafétéria en dedans d’une heure. On a fini, après plusieurs demandes, par se faire dire : Ah, vous voulez dire le Self.  Après tout on est en France, la mère de la langue française !


Questions posées par des journalistes après notre dernière nouvelle :


  1. Clermont, toi qui a roulé sur le tandem avec Jean, quels sont les points majeurs à tenir compte pour être un bon guide ?
  2. Qui sont vraiment les 5 personnes représentant actuellement le groupe ‘’avec les yeux du cœur’’ en Europe ?
  3. Jean, toi qui as été guidé pour plus de 20 000 kms de route, trouves-tu que tu as bien répondu à la tâche ?
  4. De quelle manière aimerais-tu être guidé ?
  5. Votre voyage vous a-t’il coûté plus ou moins cher que prévu ?
  6. Comment se prépare-t-on physiquement et moralement pour un tel voyage ?
  7. Qu’avez-vous besoin avec vous, sur le vélo, lorsque vous partez pour une longue randonnée ?
  8. Que faites-vous suite à un bris de la chaîne, d’une crevaison, des rayons qui sautent, des problèmes de changements des vitesses, des freins qui collent, etc. ?
  9. Jean, quel est ton meilleur souvenir de cette randonnée de 10 semaines en Europe ? 


 Nous répondons à la première question, non pas par rapport aux fonctions et tâches du guide mais en rapport avec son comportement : Un bon guide, ce n’est pas un mentor et encore moins un gourou ou le maître d’un disciple.  Un bon guide doit être capable de s’assumer lui-même, avoir les compétences requises au niveau des connaissances et habiletés et la capacité d’entrer en relation avec la personne.  En d‘autres mots, assurer la sécurité et être vraiment au service de la personne tout en étant présent et à l’écoute de ce qui se passe, des besoins du moment et de la recherche de l’atteinte des objectifs visés. 



Tradition et Nouveauté
 : Nous avons roulé peu, bien mangé et bien bu.  Le sommeil fut profond et récupérateur comme toujours.  La convivialité demeure toujours très forte dans le groupe et le temps s’écoule à la vitesse de l’éclair.



Faits vécus au quotidien
: Grâce à notre ami Michel, présent et à l’écoute de tous nos besoins, nous avons des anecdotes plein les poches.  Le hasard, même s’il nous a toujours été favorable s’en est pris à Michel plus souvent qu’à son tour ; toutefois les choses se sont toujours bien terminées. 

 

  1. Nos billets du RER en main pour se rendre à Paris, Michel choisit une des 6 barrières, celle qui fait défaut.  Clermont, sachant qu’il faut faire vite s’emballe et lui dit de pousser.  Mal lui en prit, il a presque arraché les deux portes.  Sa réponse a été : Vous m’avez dit de pousser pour passer. Il est fort physiquement ce mec et dangereux pour les portes qui ne veulent pas s’ouvrir.  Jean a essayé de lui montrer la formule qui ouvre les portes.
  2. Un samedi après-midi, le 7 du 7, 2007, on est sur une place et Michel demande à Clermont s’il a vu une boîte téléphonique.  Il y a deux boîtes, une à coté de l’autre situé de l’autre coté de la place.  Michel s’empresse et évidemment prend celle qui fait défaut.  Enfin, il peut téléphoner dans l’autre.  Ça ne fait pas une minute que cela fonctionne que voilà que les autos se mettent à klaxonner en cœur pendant plusieurs minutes… c’est la noce quoi !  Là, Jean et Clermont, impatients d’attendre sont repartis à l’auto et Michel, tout énervé s’est remis à visiter le coin.
  3. Michel a tendance à brûler les étapes.  Vous savez comme il est vaillant et rapide.  Ce que vous ne savez pas c’est qu’à vouloir trop aider, il lui arrive de retarder la fin du processus.  Une fois, il sort le linge de la laveuse sans le faire sécher, monte le tout dans nos chambres et Hélène doit refaire le processus à l’envers.  Là, il vient tout juste de dire à Hélène qu’il voulait l’aider en apportant le linge pour le laver.  Et d’ajouter tout de go, on va le mettre dans la laveuse, aller souper puis le reprendre pour le rapporter dans nos chambres.
  4. On lui laisse le plaisir de vous raconter ce qui lui est arrivé lorsque Richard est allé au petit coin avant lui et que ce dernier attendait son tour.


Rédigé par l’équipe ¨Avec les Yeux du Cœur¨  


Paroles d’Aznavour : Arranges-toi un peu devant ta glace ; fais-toi plaisir et vas faire du sport en vélo. Correction du dernier envoi : nous avons bu  du Kir et non pas du Kirsch. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

< Retour

Copyright © 2006-2014 FAM - Tous droits réservés - Réalisation Xtube Multimédia