Logo FAM

NOUVELLES

Tournée européenne 2007, Envoi # 15, juin 4 au 6

Envoio # 15, juin 4 au 6

          
              Tour du monde 2003 à 2012,  Équipe Canada –Tandem
                            (Avec les yeux du Coeur)
          Tournée Européenne du 3 mai au 11 juillet 2007  

Amis amis, demeurons actifs et mordons à pleine dent dans la vie. Notre vie est pleine de vie, ha ha, et rouler est notre remède plaisir.  

 
4 juin : C’est le cas de le dire : jours pluvieux, itinéraire heureux.  C’est vraiment notre situation depuis notre départ début mai.  Nous avons compris que la vie, la nature, la campagne et toutes les belles choses appartiennent à ceux qui les regardent avec les yeux du cœur.  Sous la pluie et avec quelques percées de soleil, les couleurs s’enflamment et nous pouvons admirer des jaunes et des variétés de verts à en perdre le souffle.  On a l’impression d’observer des couleurs plus vivantes les unes que les autres et le vent léger dans les champs de fleurs multicolores amplifie notre sensation de liberté qui devient de plus en plus profonde et sauvage.  Nos sacs de voyage se remplissent sans arrêt de nouvelles anecdotes que l’on pourrait vous raconter.

Cette journée fut une journée bien spéciale.  Il était prévu que l’on se rende à Montpellier et, le long de la route, quelques cyclistes des clubs locaux devaient se joindre à nous.  Ce que nous ne vous avons pas dit hier c’est que tous les vélos avaient besoin d’une sérieuse réparation.  Par exemple, à l’arrivée hier le  pneu arrière du tandem a explosé et ça fait comme un coup de canon. Suite au bris de deux autres rayons et une roue voilée, l’un de ceux-ci à percé la chambre à air sans avertir personne. 

Vous savez que les routes de France, sauf les autoroutes, sont construites avec des surfaces variables et les chocs ainsi que les vibrations fortes sont très nombreuses.  On peut rouler sur des pavés et des surfaces très poreuses.  Sur les côtés des routes, la surface est quelquefois relevée par les racines des platanes, arbres énormes tout près des chemins.  On retrouve aussi très souvent des dos d’ânes, des nids de poules, du verre cassé.  Vous savez que sur le vélo, il n’est pas possible de communiquer avec Jean parce qu’il diminue le volume de ses appareils du fait que le bruit des voitures est étourdissant pour lui.  Ne pouvant pas anticiper le choc, la roue arrière en subit davantage le contre coup.  Selon Richard, à la fois cœur de lion et membre lion, on devra changer nos rayons pour des rayons en acier inoxydable.

Nous revenons à notre journée spéciale.  Le lundi matin, les boutiques de vélos restent fermées jusqu'à 14h00 parce qu’elles ouvrent le samedi.  Dans ces conditions, on a été obligé de réserver à nouveau un coucher à Nîmes dans la même auberge et nous avons parlé à notre ami Gilles Bui-Xuan pour l’avertir que nous n’irions pas chez lui ce jour-la.  Toutefois, il a été convenu de se présenter à 17H30 à la mairie ou une réception nous attendait.  En plus de la richesse des personnes présentes, soit Gilles Bui-Xuan, conseiller, Thierry Boydens, adjoint au maire et chargé aux sports, Servane Bessoles, délégué aux festivités et notre équipe de 5 personnes, nous avons eu de quoi manger avec des boissons appropriées et ils nous ont offert à chacun de nous deux T-shirts, une casquette, un porte-clés, un sac à dos et un bidon en plastique pour les vélos.  Nos effets personnels sont en train de doubler.

Revenons au début de la journée.  Au cours de cet avant-midi, nous avons eu la visite de deux amis à l’auberge, soit Marie-Hélène et Jean-Pierre, qui nous ont offert deux bouteilles d’un vin divin.  Apres 36 téléphones sans succès, nous avons opté pour le conseil de Jean-Pierre de se présenter dans un magasin Décathlon.  Leur boutique a pris nos 4 vélos immédiatement pour nous dépanner et deux spécialistes ont travaillé plus de deux heures pour nous remettre nos vélos en ordre.  Merci à cette organisation qui sait servir ses clients et se faire une excellente publicité.

Au début de l’après-midi nous avons visité la cathédrale de Nîmes, ou le concile de Nîmes eut lieu en 393 de notre ère.  Apres avoir fait le tour de ses arènes, constructions romaines, visité la place du 11 novembre et une partie du vieux Nîmes, nous nous sommes attablés à une terrasse pour grignoter un peu.  À ces occasions, nous remettons des épinglettes à ceux qui s’informent sur notre périple autour du monde.

5 juin : Une fois de plus la pluie s’est mise de la partie ; alors le trajet vers Montpellier s’est déroulé sous la pluie et le vent.  Jean, notre ambassadeur, a remarqué que les pneus plus lisses, plus minces en largeur et plus gonflés ont permis de diminuer la friction et de gruger plus de kms en moins de temps.  Notre ami Gilles, avant d’entrer dans la ville, est venu à notre rencontre en vélo. Dans l’après-midi, nous sommes allés visiter le viaduc de Millau.  Grâce à ce viaduc, l’autoroute A 75 devient le choix des gens pour se rendre de Paris à la Méditerranée.  C’est un ouvrage d’art et d’ingénierie exceptionnel.  Il est à la fois joli et légèrement plus haut que la tour Eiffel avec ses 245 mètres.

Nous avons mangé et été hébergés chez notre ami Gilles et son épouse Myriam. En plus de l’amitié et d’un heureux mélange de discussion, nous avons profité de la chaleur de sa maison, de deux de ses enfants, soit Olivia, Hugo et de sa petite fille Louisa.  Richard s’est permis quelques longueurs de piscine pour se détendre ; toutefois, les éclairs lui ont  fait vite comprendre qu’il serait moins dangereux pour lui de prendre une douche chaude pour relaxer.

En plus de tout le reste, on nous a fait goûter avant le repas, avec un vin blanc de Bourgogne Aligoté de circonstance, un met davantage populaire que raffiné, selon l’hôtesse de la maison.  C’est un met typique de Sète, vieux port de mer dans la Méditerranée, dont l’histoire se prolonge sur 5 milles ans.  Ce met appelé trielle est une tourte aux poulpes (petit calmar ou pieuvre), apprêtée avec des tomates et un peu d’oignon.

Un petit fait cocasse qui démontre que, tout comme Michel, notre Hélène pourrait profiter d’un accompagnateur attitré afin de l’aider dans son quotidien.  Notre dernier guide, Gilles Bui-Xuan nous explique que les pierres lauzes servent pour couvrir les toits.  Elles sont posées comme ça ou bien travaillées en rond.  Hélène en voit une sur un tas de pierres et décide d’en ramener un morceau au pays pour faire plaisir à son petit-fils.  Elle apporte la pierre à notre lieu d’hébergement et la laisse dehors dans la cour afin d’en casser un petit morceau.  Mal lui en prit, le soir venu elle ne retrouve pas tout de suite sa pierre et le doute s’installe pensant que quelqu’un l’avait pris pour la garder. On voit déjà là, bien en vue dans son regard et dans sa pose, une inquiétude liée à l’âge.   Évidemment le lendemain, elle retrouve sa pierre, en casse un morceau pour le ramener chez elle.

6 juin : Nous avons roulé plus de 85 kms sous la pluie et les faux plats fatiguent nos vieilles jambes, foi du groupe.  Notre ami Michel, malchanceux / chanceux, a cassé sa chaine, vive la liberté, et grâce à cette ruse a roulé les derniers kms en auto et bien protégé de la pluie.  En passant, si quelqu’un veut se partir une boutique de vélo à Béziers, voici une occasion en or.  Le proprio âgé de 65 ans, qui a réparé le vélo de Michel, prend sa retraite et il n’a pas trouvé de preneur pour sa boutique (d’acheteur) ; donc il fermera son magasin en août.

La rencontre à la mairie s’est très bien déroulée et Michel Douard, président Handisport de Languedoc-Roussillon a tout organisé avec la collaboration de la ville et de quelques membres Lions de la place.

Nous sommes hébergés dans une Fraternité-Jeunesse-travail et une dame qui est éducatrice spécialisée de formation, Sophie Cluzel, nous a très bien accueillis.  Elle n’a pas l’habitude des vieux retraités mais elle a été charmante et a pris son repas avec nous.

Pour notre sécurité, on doit éviter le trafic du matin et du soir.  L’idéal pour nous, c’est de quitter notre hébergement vers 9h15 et d’arriver à destination vers 15h00.  De plus, en ville, il y a peu d’espace sur la route et on remarqué une séparation au milieu de celle-ci.  Cela empêche la voiture de se tasser pour nous laisser de l’espace.  On observe régulièrement deux faits cocasses.  Le premier c’est qu’une voiture ralentit pour s’assurer d’un espace respectable avant de nous doubler mais, la voiture qui suit klaxonne pensant que celui qui le précède manque de jugement et retarde la circulation sans raison.  Ah, ces français que l’on aime.  Le deuxième, aussi dangereux sinon plus que le premier, c’est qu’il y a beaucoup de carrefours étoiles à deux, trois, quatre directions possibles et lorsque la voiture s’engage, surtout les camions, l’arrière touche presque le rebord et nous on peut facilement être projetés dans le décor.  Nous ne vous racontons pas le nombre de fois que les gens qui sortent avant nous d’un carrefour giratoire pour suivre leur direction, s’en s’occuper de nous qui sortons plus loin.  C’est l’endroit ou l’on se fait couper le plus souvent.

Notre cerveau, tout comme les muscles, doit demeurer actif et renouveler ses connaissances pour rester autonome et même productif.  Compléter 10 semaines en vélo en Europe de l’ouest demande à la fois de la planification et des ajustements constants pour répondre à nos divers besoins.

Notre tour du monde avec les yeux du cœur pourrait aussi s’appeler notre tour du monde de la liberté.

Ah, nous allions oublier ; tous ensemble nous allons quitter nos vélos pour aller toucher du bois puisque, en ce moment, ceux-ci vont bien.

Nous voulons mentionner un merci spécial à la compagnie Plains Marketing Canada, L.P., ex-employeur de Michel à Calgary, avant sa retraite, qui lui a gracieusement prêté le portable qui nous permet de vous transmettre ces bouts d’histoire quotidienne.  Nous leur en sommes bien reconnaissants.

Équipe Avec les Yeux du Cœur  

< Retour

Copyright © 2006-2014 FAM - Tous droits réservés - Réalisation Xtube Multimédia