Logo FAM

NOUVELLES

Tournée européenne 2007, Envoi # 4, mai 12 au 15

Envoi # 4, mai 12 au 15

              Tour du monde 2003 à 2012 – Équipe Canada –Tandem
                              (Avec les yeux du Coeur)
           Tournée Européenne du 3 mai au 11 juillet 2007

12 mai
: Nous voulons saluer et remercier tous ceux et celles qui nous lisent et nous appuient de leurs bonnes pensées.  Votre support moral nous est très précieux.
 

A nos amis de l’ouest canadien, on doit chaleureusement vous remercier de vos énergies en participant à ces lectures de nos péripéties saugrenues.  Michel en est souvent le centre.  En même temps on vous dégage d’une grande responsabilité et d’un excellent répit en prenant bien soin de ce gentleman fringant loin de ses terres d’adoption.  Nous vous le rendrons après dix semaines et pour tout vous dire il est pour nous un chaleureux compagnon et toujours prêt a rendre service.  Il est vrai que c’est un visiteur permanent et toujours à la recherche de son chemin.
 

Nos récits sont le fruit de ce que notre quotidien est fait est l’œuvre de toute l’équipe : la composition du brouillon, sa correction et les commentaires de tous. Tout est donc dûment approuvé par consensus avant de vous arriver. 

Ce matin, au déjeuner, nous avons eu une longue conversation avec une grande dame belge, Mme Lili la cuisinière.  C’est une dame du même âge que nous et très mystique.  Elle sait écouter et elle s’est retrouvée intérieurement en 2002 en faisant le pèlerinage du chemin de St-Jacques-de-Compostelle jusqu'à la mer.  Selon elle, on ne se perd pas sur les routes, on visite.  On doit aussi baliser le passage, a tous les niveaux, pour nous et ceux qui nous suivent et qui risquent aussi de se perdre sans ces signes.
 

Aujourd'hui, nous avons fait 5 heures de marche à travers Bruxelles à la fois sous de petites averses de pluie en alternance avec des rayons de soleil se trouvant de brefs passages à travers les nuages.  À l’heure du midi, un sandwich au fromage brie sur baguette belge et un capuccino ont été dégustés.  Dans les rues près de la grande place, nous avons assisté à la parade de la fierté gaie.  Jean a trouvé qu’il y avait beaucoup de vie sans toutefois savoir quelle sorte de parade qui défilait devant nous.  C’était vraiment une parade gaie.
 

Nous avons admiré la grande place, visité la rue des Bouchers, célèbre pour ses restaurants, la cathédrale, la fontaine du Menneke pis et les petites rues près de la gare centrale.  Nous avons aussi pris le tram et le métro pour nos déplacements  aller-retour.
 

Après une semaine de voyage, Hélène a  ramassé le linge du groupe, puis laver,  sécher et plier le tout.  Cela a pris toute sa journée jusqu'à minuit et quart de la nuit.  Il y avait affluence au lavoir.
 

Ce même soir, Richard et Clermont sont allés à Leuven pour faciliter le départ du lendemain.  En même temps, Michel a développé une grille pour les dépenses communes du groupe.  Chacun avait donc ses taches particulières.
 

Nous avons encore des problèmes avec le GPS et nos deux téléphones.  C’est terrible de voir a quel point on se perd et on a toujours des problèmes de communication.  On est à la recherche de la perle rare qui pourrait nous venir en aide.  Nous n’avons pas encore mis la touche finale à notre organisation.   L’électronique et nous ce n’est pas compatible !  On a acheté trois cartes à puce de 10 euros chacune dans un bureau de poste distributeur.  Comble de malheur, on nous a vendu des cartes pour des boites téléphoniques introuvables.
 

Le dîner du soir a la Bergerie fut délicieux, que dis-je copieux, même les variétés de pain étaient réchauffées avec une touche magique de notre cuisinière.

13 mai : Notre lever fut plus tôt afin de préparer nos affaires avant le petit déjeuner.  Nous avons eu, par la dame cuisinière un cours d’histoire du domaine ou nous habitions.  Il a été construit par le Comte de Paris, membre de la famille royale et vivant a la fin du 18e siècle.  Il a dû quitter la France lors de la révolution.
                                                                                                    
Départ prévu pour 9h00 mais encore retardé afin d’essayer d’ajuster nos téléphones.  Le problème c’est que l’un d’eux vient de la France et l’autre a une puce hollandaise.  Nos appels sont placés en Belgique et en plus de nous coûter une fortune, ça fonctionne rarement.  Finalement on est parti en retard et Michel a eu le mandat, avec deux téléphones en poche, de régler le problème même si c’était dimanche.  Qui vivra verra la fin de cette rocambolesque aventure avec nos communications téléphoniques à peu près impossibles. 
 

Nous sommes arrivés a LiègeLuik vers 18h00 après avoir roulé 101 kms   Un ami nous attendait en vélo à 25 kms de chez-lui pour nous indiquer la route et nous héberger.  Notre ami Michel, débrouillard comme10 grâce a son GPS européen, ha, ha, ha, l’avait déjà rejoint dans son village nommé Alleur dans Ans et ce dernier, vraiment en forme comme 10, a fait avec plaisir ces 25 kms dans les deux directions.  La maison de Christian Javaux ressemble à un château à trois étages et est entourée d’un immense terrain très bien aménagé.  Notre ami Jean a trouvé très difficile de monter et descendre trois étages dans un petit escalier en tire-bouchon. 
 

Ces gens nous ont reçus comme des rois. Quatre chambres furent utilisées pour nous accommoder, sans oublier la douche ainsi que les espaces de rangement pour nos vélos, nos effets personnels et le stationnement de l’auto.
 

Le repas du soir qui s’éternisa jusqu’en fin de soirée nous a permis, en plus de bien manger, de faire meilleure connaissance avec nos hôtes et d’établir des points d’intérêt commun. 
 

Nous avons d’abord dégusté trois bières belges, soit la Jupiler, la Stella Artois et une bière blanche dont le nom est Hoegaarden (faute possible dans le nom).  Le menu fut totalement liégeois et préparé par Christian et Marie-Ange.  Nous avons en main les recettes de sa salade liégeoise, du rôti de porc et de sa tarte au riz macaron.  La salade liégeoise était présentée dans une grande chaudronne.  Elle ne comprenait aucune salade et était composée d’haricots verts, de pommes de terre, de lard (petits morceaux de lard salé), d’oignons tranchés minces, d’ail, de persil et de vinaigre de vin rouge.
 

14 mai
: Les orages de nuit sont surprenants.  On se fait réveiller et on a l’impression que les trains passent en dessous de notre lit.  Le lever s’est effectué à 6h15 pour certains et 6h30 pour le groupe.  Après notre toilette matinale et le paquetage de notre fouillis de nomade, nous sommes descendus au rez-de-chaussée ou nos hôtes nous attendaient avec un petit déjeuner bien copieux préparé à notre intention.  La dame du foyer, Marie-Ange, est enseignante auprès d’adolescentes qui ont des comportements qui obligent les responsables de cette institution à les prendre en charge pour les aider à mieux gérer leurs émotions et leurs comportements sociaux considérés comme déviants.   Elle a dû nous quitter plus rapidement, c’est à dire avant notre départ.  Christian Javaux, notre hôte et cycliste à ses heures, a retardé son départ vers Bruxelles pour nous aider jusqu'à la dernière minute et nous souhaiter un séjour enchanteur sur les vieilles terres de nos ancêtres.
 

Notre ami Jean, après s’être attelé à son hygiène personnelle, récupéré ses effets personnels, son drap, son oreiller et son sac de couchage, s’est assis pour attendre.  Pouvez-vous vous imaginer notre ami à genoux au sol pendant un temps fou pour essayer d’entrer son sac de couchage dans un contenant plus petit que son mollet.  Ce sac de couchage, même s’il est petit, peut le protéger des températures sous zéros.  L’autre jour je l’ai vu sur son lit dans la Bergerie et il m’a dit avec un sourire humoriste aux lèvres et de la broue dans le toupet : Ça m’a pris une heure à serrer mon sac mais j’ai réussi.
 

Nous avons quitté la Belgique en direction de Aachen et là, nous sommes sur la  Nationale 3 et le plus souvent sur des bordures cyclables près de la route.  Le parcours toujours très vallonné ressemble à des longues vagues de la mer et avec le vert des champs, le ciel légèrement bleu et plein de pompons nuageux séparés entre eux pour laisser passer quelques rayons de soleil, on se croyait presque au paradis.  Nous nous sommes dirigés vers le centre d’Aachen, on s’est payé un bon Sundae, trouvé le Centre d’Information touristique pour réserver une auberge de jeunesse. 
 

Le chauffeur désigné pour la journée était Michel.  Ce dernier avait un problème avec sa roue arrière de vélo.  Finalement elle était voilée parce qu’un rayon s’est cassé.  Le meilleur pour lui a été non pas de nous trouver mais de se retrouver une fois de plus.  Les villes européennes sont construites d’une façon mystérieuse.  Les envahisseurs s’y perdaient à tout coup et maintenant ce sont des canadiens qui y font des visites touristiques en voyageant au hasard du chemin pour, vous savez quoi, s’y retrouver.  Nous sommes allés prendre un excellent repas dans un restaurant chinois et, revenus au gîte, nous écrivons une partie des événements de cette journée.  À demain.
  

15 mai
: Cette journée a été la plus remplie depuis le début de notre voyage.   Apres une nuit très réparatrice passée dans une auberge allemande construite avec des standards de durabilité, nous avons repris la direction de la Belgique en direction de Bastogne, petite ville détruite durant la dernière guerre mondiale.
 

En route, tout s’est bien déroulé pour le groupe sauf pour notre ami Michel qui s’est fait intercepter par 4 voitures et 9 gendarmes en uniforme.  Le tout s’est terminé 30 minutes plus tard par une contravention de 50 euros à payer sur place.  Il s’était éloigné d’Hélène pour aller rejoindre Richard, l’éclaireur du groupe et, ne le voyant point, il a crû que ce dernier avait pris la direction de l’autoroute pour Bastogne.  Il  a été klaxonné par plusieurs fardiers et un de ceux-ci a averti les gendarmes.
 

Nous avons été reçus comme des célébrités à l’hôtel de ville de Bastogne. Échevin, membres Lions, bénévoles auprès des personnes ayant un handicap étaient présents pour nous accueillir.  Il vous est possible de voir les photos de cette réception en allant sur le site de la ville, soit :

 
http://picasaweb.google.fr/meuchr/TournEEuropEnneDeLHandicap?authkey=r8k4W5pyhg4 

Un journaliste, Monsieur Daniel Saute, correspondant de freelance était présent sur les lieux et il s’est dit très intéressé par les activités de notre groupe.  Lui-même a vécu avec les séquelles d’une grave maladie et il est très éveillé aux expériences du << au jour le jour>>, des personnes vivant avec des limitations.
 

Par la suite, nous avons visité un site commémorant la bataille de l’Ardenne.  Ce complexe appelé Mardasson a été construit en collaboration avec les américains.  Trois personnes nous accompagnèrent pour faciliter cette visite, dont la responsable de notre séjour a Bastogne, Mme Mireille Mathieu.  Notre guide, Gregory, 12 ans, a été des plus intéressants.
 

De là, nous nous sommes dirigés vers la piscine municipale et nous avons nagé avec des personnes handicapées provenant d’un club de la ville.  Notre ami Jean, excellent nageur, s’est éraflé une jambe en sautant de l’échelle pour aller toucher au fond.  C’est une histoire à suivre.
 

Vers 19H30 on nous a raccompagnés a notre gîte pour la nuit.  Une dame, Mme Colette Michiels, nous a fait visiter ce domaine à la périphérie de Bastogne.   L’auberge, détruite par les bombardements en 1944, a été reconstruite et est accessible pour 10 personnes.  Elle nous a expliqué le diner du soir qui fut préparé dans la journée, exclusivement pour nous.  Le tout mijotait encore à notre arrivée.  On nous a servi une bière blonde d’Ardenne, l’Achouffe, fabriquée dans la brasserie d’Achouffe.  Une pièce de fromage, nommée Patachouffe, aussi affiné en Ardenne a été dégusté en même temps que la bière.  Le repas, servi avec un vin blanc Muscadet 2004 du Château de la Dimerie, comprenait une terrine de poissons, un Waterzooi de poulet avec légumes, vin et crème, suivi d’un tiramisu avec spéculos et finalement une consommation chaude avec une mousse au chocolat maison. 

Pour ceux qui viennent de se joindre à nous, notre site est : www.fam-Canada.org. Vous pourrez en savoir plus sur nos grandes orientations et nous aider en vous impliquant selon vos possibilités, soit par du bénévolat, un don ou encore une façon de promouvoir nos activités par votre mode de vie personnelle.
 

Le groupe « avec les yeux du cœur », regroupant 70 personnes de près et de loin, a actuellement 5 personnes sur les routes de l’Europe.  Notre vision est surtout liée à l’éveil des gens pour les accompagner dans leur démarche d’optimisation de leur potentiel respectif tout en ayant une limitation existentielle apparente.  La, on fait davantage la promotion du respect des droits pour tous, l’éveil des gens a une vie saine et active, la recherche d’une meilleure autonomie fonctionnelle, une qualité de vie améliorée et surtout une joie existentielle a vivre sa condition humaine présente.
 

Équipe Avec les Yeux du Coeur
 
 
                                                                                                   
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

< Retour

Copyright © 2006-2014 FAM - Tous droits réservés - Réalisation Xtube Multimédia