Logo FAM

NOUVELLES

Tournée australienne du 6 octobre au 12 décembre 2009

Envoi # 11 : Du 7 au 11 décembre 2009

Derniers moments de notre séjour de plus de deux mois en Australie

Quand les rêves nous inspirent, le processus d’action part de l’intérieur de nous et la magie liée à la vie s’installe pour permettre leurs réalisations.

Message provenant d’une pensée, disons positive : Tout comme le miroir reflète ce qui est devant lui, puissions-nous refléter « copieusement » ce qui est en nous, soit la lumière et la pureté inhérente à notre essence d’être.

Question un : Que devons-nous faire pour ouvrir davantage son espace intérieur afin de mieux respirer, se sentir plus libre et élever son niveau de confiance personnelle ?

Question deux : Comment expliquer que des personnes sont en état permanent de plénitude sans raison apparente ?

Nous sommes trop souvent, tel un funambule malhabile, face à la peur d’une chute mortelle à venir.

La journée du lundi, 7 décembre

Nous vivons une transition, à tous les niveaux, suite à la fin de notre activité sur les routes. Nos pensées sont plus reliées à la préparation de notre retour à la maison. Nous ne faisons plus de vélo, mais nous marchons beaucoup et sommes très actifs socialement.

Michel, de son coté, est allé à nouveau au lac Pittwater en vélo afin, à partir du Church Point, se rendre sur une petite île et visiter un ami de voyage, propriétaire d’un YHA. Pour le retour il devait planter un drapeau qui signalait au bateau que quelqu’un voulait retourner sur la terre ferme à la prochaine ronde du bateau. Michel ne le sachant pas, un britannique, avec son vélo de montagne, s’est empressé de se rendre au quai pour planter le drapeau, comme celui planté par le capitaine Cook lors de la découverte de l’Australie. Et là, le bateau a attendu notre grand voyageur, toujours visiteur, Michel pour quelques minutes. Sinon, Michel aurait été obligé de coucher sur l’île puisque c’était le dernier bateau de la journée.

Les autres, vieux retraités fainéants comme moi, sommes allés sur le bord du Pacifique, profiter de cette immensité toujours en mouvement. Nous nous sommes fait frapper tout le corps par les vagues de ce majestueux océan. Notre madame Hélène de son côté, avec son bras dans le plâtre, a dû se contenter de mettre son gros orteil à l’eau. Vous savez, son plâtre doit demeurer sec afin de faire son travail d’immobilisation. Vous savez aussi que notre madame, tout comme ses oreilles imposantes et attentives à tout ce qui se passe, a de longs orteils même si ses pieds sont petits. Ceci permet d’équilibrer le haut avec le bas.

Ce fut notre dernière soirée passée à Collaroy Beach. Toutefois, certains jeunes, après avoir trop bu, devenaient assez bruyants. Nous étions chanceux d’avoir réservé une chambre de famille, c’est-à-dire que nous étions seuls dans la chambre avec douche et toilette privées.

La journée du mardi, 8 décembre

Ce fut une autre excellente journée. Nous nous sentions vraiment en vacances. Nous sommes allés visiter le lac Pittwater, marcher sur la rive, visiter le ‘bush’ et par après nous nous sommes dirigés vers la ville d’Elvio. En chemin nous avons visité un parc aménagé en hommage aux soldats australiens, morts au combat en Europe, durant la première guerre mondiale.

Arrivés chez Elvio vers 16H00, nous sommes allés se mettre le gros orteil dans le Pacifique, à la plage Maroubra, qui veut dire en aborigène, là où le vent souffle toujours.

Le soir, nous avons mangé accompagnés de nos hôtes ainsi que d’Angelo et deux visiteurs, membres Lions dans le même club que notre madame Gae. Ils sont tous deux membres de l’Association des blessés médullaires et eux-mêmes en fauteuil roulant. Ils ont fait pour nous une levée de fonds d’environ $ 330 dollars australiens. Le soir, vers 10H00 P.M., durant un petit orage électrique, Michel et moi sommes allés les accompagner en marchant vers leur demeure à environ un km. J’ai attendu Michel, à mi-chemin, afin de m’assurer que nous pourrions retrouver notre route. Ce dernier m’a fait poiroter pendant près de 30 minutes sous la pluie, le vent et le froid pendant qu’il faisait la conversation avec le chien et le chat de David et Tania. Suite à mon appel, il me rejoignit et grâce à mon rappel de la route, nous nous sommes retrouvés à la maison d’Elvio.

J’allais oublier ; une fois de plus le souper fut plus qu’excellent, diversifié et volumineux avec comme accompagnement les boissons qui agrémentèrent le repas.

La journée du mercredi, 9 décembre

Lever tardif et après un petit déjeuner copieux, nous nous sommes séparés pour aller soit à l’hôpital enlever le plâtre à Hélène afin qu’elle puisse monter dans l’avion sans avoir diverses complications avec son bras dans le plâtre. Richard, Michel et Elvio sont allés à Sydney pour retourner l’auto Mitsubishi, tel que prévu lors de l’achat. Tout s’est déroulé tel qu’entendu au départ.

En après-midi, nous avons eu la visite de David et Tania pour nous montrer à quel point leur auto est fonctionnelle pour leurs déplacements. Tout est adapté selon les besoins des deux et tout cela a été adapté à des coûts beaucoup moindre que prévus.

Vers 16H00, nous avons, en groupe, pris l’apéro avec Elvio. En plus des amuses-gueules, nous avons bu un excellent vin, un Shiraz Hunter Valley, et un fromage d’Italie, un provolone.

En soirée, vers 19H00, nous sommes allés manger dans un restaurant chinois. Le tout sur le bras de Michel. C’est une façon de l’écrire.

La journée du jeudi, 10 décembre

La vieille, Richard et Michel ont fait leurs bagages pour se préparer au départ du lendemain. Clermont, écrivant les nouvelles a attendu à aujourd’hui pour faire ses bagages. Je ne sais pas comment j’ai pu réussir à tout mettre, mais comme à l’habitude, tout est entré dans l’ordre en tirant et poussant sur les valises et surtout en tirant au maximum sur les tirettes.

En fin d’avant-midi nous sommes allés, tous en groupe, faire une croisière sur le bord des bras d’eau de Sydney. Le tout se déroula en présence d’un animateur et nous avons eu droit à une copieuse collation.

Après ce tour, nous avons mieux compris pourquoi Sydney est la ville maîtresse de l’Australie. C’est grâce à ses ports et les activités reliées à l’océan Pacifique. Melbourne l’envie pour sa situation géographique, ses belles plages et ses ports de mer. Nous avons eu un cours de la petite histoire des premiers pas des nouveaux australiens sous la conquête colonisatrice (extermination des peuples et des cultures ancestrales) du grand empire britannique (Encore aujourd’hui, dans les rencontres du lionisme, nous rendons un hommage particulier à sa majesté la reine d’Angleterre et évidemment des pays du Commonwealth). Le guide a aussi parlé des gens vivants près des rivages. L’animateur était fier de nous dire que les propriétés observables de la mer étaient les plus coûteuses du pays. Par exemple, une maison achetée l’an dernier à 37 millions, fut revendue cette année à 41 millions en dollars australien évidemment, ha ha.

Nous avons aussi fait nos derniers achats souvenirs dont 6 peaux de mouton, soit pour des coussins ou pour placer à une descente de lit.

De retour chez Gae et Elvio, nous avons eu tout juste le temps de se changer avant de se rendre à une assemblée Lions. Ce fut une réunion très riche en contenu et en relations humaines. Elle a eu lieu dans un club de services des anciens vétérans. Nous avons été présentés, avec poignée de mains et, en plus de remettre une page explicative sur notre démarche ici, nous avons eu 20 minutes pour parler de la vision et de la mission de notre groupe « Avec les yeux du cœur ». Dans la soirée, après notre délicieux repas servi par l’organisation, nous avons eu droit à la collecte du tirage des 6 bouteilles de vin de bonne qualité. L’argent ramassé nous a été remis, soit $ 150. Notre ami Elvio est allé changer cet argent en dollars canadiens et il a été obligé de payer une forte commission.

Le soir, lors du retour à la maison, nous avons roulé sur des voies où les maisons et les terrains sont tous embellis de milles et une décorations très illuminées. Les lumières dans les cirques peuvent aller se rhabiller.

La journée du vendredi, 11 décembre

Enfin, le jour du départ est arrivé. Là, l’énervement est à son comble. Michel ne tient plus en place, Hélène se demande ce qu’elle a oublié d’apporter, de dire ou de faire durant ce long périple. Richard est un peu, comme un soldat errant, tout heureux de rentrer au pays. Clermont se demande s’il a encore son passeport dans ses affaires et où il a bien pu le placer. Dans l’ensemble, nous pensons qu’il faut arriver à l’aéroport plus tôt que prévu de peur d’un incident qui nous retarderait.

La veille, Elvio a appelé pour deux taxis afin de transporter nos sacs de vélo. A 10H00, aucun taxi, puis plus tard un seul taxi ordinaire et le chauffeur, un peu plus, ne parlait même pas l’anglais. Enfin un départ avec deux valises et Michel. Par après, il a fallu attendre plus d’une heure avant d’avoir un autre taxi, cette fois adapté pour un fauteuil roulant. Enfin, nous nous sommes tous retrouvés au point de départ de l’aéroport devant l’insigne UA. En passant nous ne voyagerons plus avec cette compagnie aérienne de broche à foin. De plus, lorsque vous allez dans un pays étranger et qu’il vous est possible de ne pas faire escale aux USA, profitez-en pour diminuer toutes sortes de tracasseries inutiles. Il n’est pas permis d’avoir un bagage excédent 32 kg. Nous avons refait nos sacs en déposant le surplus dans des sacs de plastiques. Chacun a dû payer un extra de $ 222 pour expédier son vélo. De plus, suite à des erreurs de UA, cela a pris une heure avant d’avoir une carte d’embarquement sans siège. Le départ étant retardé, nous avons eu la chance d’obtenir nos sièges avant l’embarquement ainsi que nos cartes pour le voyage de Toronto – Québec. Ce n’est pas tout. Le stress était toujours à son comble parce que :

  1. Identification de nos sièges à la dernière minutes et crainte que nos bagages ne suivent pas ;
  2. Manque de temps pour notre transfert à Toronto.
  3. Récupération de nos bagages à Toronto et dédouanement.
  4. Déplacement pour aller récupérer les gros bagages à un autre endroit.
  5. Nouveau passage à la sécurité

Saviez-vous qu’avec Air Canada, un simple sandwich coûte $ 7.00. Le vol de Sydney Los-Angeles comprenait des repas. Nous avons pris un Boeing 747- 400, très peu confortable. Le Airbus 320 de Los Angeles – Toronto offrait plus d’espace. De Toronto – Québec, le vol était seulement d’environ 60 minutes. C’était un avion de Bombardier de la série régional CRJ 705.

Privilèges

Au nom de groupe « Avec les Yeux du Cœur », il m’est possible d’affirmer que nous sommes parmi les gens privilégiés de ce monde en prenant part à ce fantastique tour du monde en vélo. Tout en étant déracinés, quelquefois pendant plus de 10 semaines, et propulsés dans des mondes étrangers et sur des routes inhospitalières, le visage frappé par le soleil, les vents chauds et secs, quelquefois froids du dieu Éole, le métabolisme surchauffé et avide de boire de plus en plus de l’eau, régulatrice de notre système, les articulations et les muscles sur utilisés par nos efforts répétés, nous avons rêvé plus d’une fois aux mots liberté et aventure culturelle. Telle une boule de cristal, nos nouvelles dévoilent nos aventures et quelques-unes des émotions vécues.

Repousser les frontières de la connaissance, pour nous, c’est repousser les frontières par des expériences en action afin de changer nos croyances, améliorer nos connaissances, changer nos attitudes et intentions et pourquoi pas, en venir à se comporter comme un humain dans l’action du moment. Ces actions volontaires peuvent contrer le déséquilibre créé par une surconsommation tout en étant passif face à toutes sortes de stimuli venant de partout. Encore une fois, la vie est mouvement à toutes les sphères de l’être humain.

Nous admettons que tout est relatif, même que les vérités d’hier, certaines tout à fait fausses comme la terre qui a été déclarée plate et que l’univers tournait autour. Plusieurs faussetés ont été nettoyées par des voyages scientifiques dans le temps.

Je n’ai pas d’autre choix que d’écrire que de rouler en vélo en Australie, même si cela semble sécuritaire sur des grands tronçons de l’autoroute, ça demeure et je l’affirme, débilement dangereux. Personnellement, sans compter toutes les fois que je me suis glissé en dehors de l’accotement au risque d’une chute, le nombre de fois que j’ai été frôlé par les trains routiers, même que j’ai été frappé deux fois par des voitures et que j’ai planté face première en plein milieu de la voie routière à une reprise, j’ai été chanceux plus d’une fois.

Anecdotes

  1. Michel, de retour chez Elvio, a appris qu’il avait reçu quelques contraventions au sujet des routes payantes autour de Sydney. Madame Gae a reçu ses contraventions à son adresse et personne ne lui avait dit que notre auto avait été enregistrée à sa maison. Elle porta plainte et fit annuler les premières contraventions ; toutefois, Michel en a reçu d’autres et nous avons décidé de les placer dans la filière ronde.

  2. Richard s’est enregistré au congrès mondial de Lionisme International pour juillet 2010. Elvio l’a aidé pour faciliter ses démarches par ordinateur.

  3. Nous avons appris qu’Angelo, devenu bouddhiste et vivant chez Elvio, a eu une formation théologique en Italie. Actuellement il suit des cours de pâtissier à Sydney. C’est un accompagnateur de premier plan pour Elvio et Gae. Il apporte une certaine sécurité et il aide ses hôtes continuellement.

  4. Hélène s’est fait enlever son plâtre. Ce fut presque une mission impossible. Les gens, tout en étant très gentils et d’une grande aide, eurent de la difficulté à couper son plâtre. Un peu plus et on faisait usage d’une scie mécanique pour enlever ce satané plâtre.

  5. Énervés par les événements, après la fixation d’une nouvelle attelle, Hélène et Clermont prirent un café en face de l’hôpital et oublièrent les radiographies sur la chaise. Il a fallu revenir avec l’auto les récupérer.

  6. Le retour de l’auto achetée par le groupe s’est fait tel qu’entendu. Michel a reçu le montant prévu pour la revente et personne n’est venu inspecter l’auto.

  7. Nous avons inscrit Richard au congrès international des clubs Lions de Sydney qui aura lieu en juillet 2010. Le coût est de $ 100 USA. C’est incroyable comme c’est une aubaine quand nous pensons que cela dure trois jours et que nous sommes encadrés tout ce temps et que nous recevons en plus des conférences dans des salles bien aménagées, une tonne de document dans des pochettes de qualité. Nous oublions les pauses café et autres services gratuits, comme l’Internet, le transport, le coût des chambres à des prix plus modiques, de spectacles divers, des visites organisées et j’en passe.

  8. Tout le groupe se demande comment nous avons réussi à revenir de ce long voyage dans le pays des kangourous tout d’une pièce.

  9. Angelo m’a remis des disques de musique tibétaine qui me font vibrer à un autre diapason. Merci à mon ami Angelo.

 

Les coups de cœur de ces jours

  1. L’hospitalité d’une grande efficacité et en plus, familiale de nos hôtes Gae et Elvio.

  2. L’impression d’être en vacances et de se lever à l’heure de notre choix.

  3. Pour Michel, c’est quand le chien Tobby, allait le rejoindre au lit le matin au lever.

  4. Trouver de la place dans nos valises pour amener tous nos souvenirs.

  5. Quand Hélène s’est vue libérée de son plâtre et de savoir que l’ossification allait très bien.

  6. Notre départ vers nos origines, c'est-à-dire notre chez soi respectif.


Énigme du jour : Questions mystères

Activités sportives les plus populaires en Australie : Vous pouvez chercher par vous-même et vous comprendrez mieux pourquoi les australiens aiment le plein air, la compétition de haut niveau et des activités permettant de rivaliser avec d’autres pays.


Votre contact est Michel Charland : mcharland@shaw.ca

Rédigé par l’équipe « Avec les Yeux du Cœur »


La clef du bonheur est en nous, dans les abysses profonds de notre univers intérieur.

  • Question trois : Comment pouvons-nous ouvrir son espace de vie intérieur afin de devenir conscient qu’il ne nous manque rien ?

  • Question quatre : Pourquoi nous laissons-nous envahir mentalement par des états d’âme et effrayer par des peurs potentielles ?

Une fois de plus nous disons que mortel nous sommes et mort, tel nous serons, tout en étant enchaîné à nos cycles de vie permanent, passés et à venir. Et puis après.

L’un des leitmotivs de notre Club Lions Québec L’Ancienne-Lorette est de servir dans l’action avec : « Empathie, compassion, dévouement, passion et probité ».


Note : Vous avez remarqué que nos nouvelles sont souvent précédées d’une pensée anecdotique, irréelle et évidemment irréaliste. À chacun ses folies.

Sites en anglais à visiter, liés à notre voyage

  1. www.fam-canada.org

  2. www.cyclesportnews.com – Top right corner : LIONS, Roaming a

  3. www.youtube.com/csntvonline – Top right - Seeing beyond interview

  4. www.cyclesportnews.com – Top right corner : LIONS, Title: Adventure have lions share

  5. www.cyclesportnews.com – Top right corner : LIONS, Choice: Canadians have warm feeling about OZ

Note remise à une rencontre des membres Lions de la région de Sydney, Australie :

Alliances between Rehabilitation International (RI Global) – Lions in link with Clubs CLQAL – Motor Adaptation Foundation (FAM-MAF)

Vision: Serving freely together for all.

Mission: Be interactive, in a holistic and humanism approaches, for improving quality of life, happiness and mystic awareness.

Objectives: In link with the interests and potentials of every clubs. We have to built practical and effectiveness actions for all, especially for blind persons, other people living with a disability and aged people with functional limitations.

The actions of our movement ‘Seeing beyond’, doing a world tour on bike, with old persons and our ambassador deaf and completely blind, Lions Jean Bouchard, is not about to be fit. As you know, movement is life. It’s about to be in action, to do interaction and alliance with others, using our abilities of human being.

The Lions Mission is to create and foster a spirit of understanding amongst the peoples of the world and one of its purposes is to unite clubs in bonds of friendship.

Our visit to Australia has been successful in achieving these two objectives; we visited many Lions Clubs between Sydney and Cairns and are grateful for their support in promoting a healthy life style to everyone. Thank you to all the people that we had the pleasure of meeting. WE SERVE.

 

 

< Retour

Copyright © 2006-2014 FAM - Tous droits réservés - Réalisation Xtube Multimédia