Logo FAM

NOUVELLES

Tournée australienne du 6 octobre au 12 décembre 2009


Introduction :
Amies, amis qui vivent près de nous, vous savez que notre voyage en Australie vient tout juste de débuter.  Nous serons en dessous de vous et roulerons, ‘Down under’ de l’autre coté de la planète pendant 10 semaines, dans la partie la plus à l’est de cette ile grande comme un continent et totalement désertique, sauf près des océans. Les routes ensoleillées nous permettront de faire le plein de soleil et d’air pur. C’est, depuis les 25 dernières années, mon troisième long périple en Australie.  Ici tout est différent.  C’est un monde et une nature exotiques, féériques sous plusieurs aspects, quelques fois insolites et souvent bizarres. Il faut dire qu’avec la diminution de la couche d’ozone, le soleil frappe dru sur nos têtes dénudées par l’âge, les hormones et les stress existentiels. Les mirages reflètent candidement notre vision figurative des événements.

Buts du voyage :

Vous savez que nous sommes un groupe de personnes âgées et retraitées qui aimons le cyclotourisme d’aventure. Y a-t-il quelque chose de plus euphorisant que de rouler, dans la nature insolite de cet immense pays, sur des sentiers balisés ?  Il peut nous arriver d’être frappés par la canicule, que nos bras et surtout nos jambes et le bas du dos soient rompus à l’effort continu, et pourtant… pourtant, l’énergie décuplée qui nous habite nous fait mordre de bonheur dans les richesses de ces moments de vie vécus totalement au présent.

  1. Promouvoir dans l’action et témoigner d’une façon permanente de l’importance d’une vie active tout au long de l’existence pour les personnes à la fois dites normales, les personnes vivant avec des capacités-incapacités, celles avancées en âge et enfin celles en perte d’autonomie et que nous souhaitons maintenues dans leur milieu naturel tout en recherchant le maximum d’autonomie fonctionnelle dans les activités de la vie terrestre.
  2. Voir du pays en groupe, dans un contexte sécurisé et mieux goûter la culture, la civilisation et le mode de vie de nos amis habitant dans des pays éloignés.
  3. Développer des alliances avec d’autres ONG (organisations non gouvernementales), les clubs Lions nos partenaires, différentes municipalités et principalement les fédérations travaillant auprès des personnes âgées et vivant des situations handicapantes.
  4. Poursuivre notre levée de fonds pour aider des personnes ayant des capacités-incapacités et avancées en âge à mieux s’adapter à leur condition existentielle.
  5. Effectuer l’équivalent de 100 marathons en vélo et visiter plus de 40 villes et 30 clubs Lions situés à l’est de l’Australie afin de promouvoir la fraternité et la solidarité humaine entre nous. 
  6. Poursuivre nos conversations, en présence de notre ami Michel, afin de mettre au point une stratégie cohérente dans nos sollicitations pour les levées de fonds. Actuellement, pour nous aider financièrement à remplir les objectifs reliés à nos visions et nos missions, vous pouvez aller sur le site de la FAM et entrer en contact avec « CanadaDon ».7.
  7. Effectuer une distance semblable à celle de notre tournée de 10 pays  en  Europe.  Nous  roulerons 4 219,5 kilomètres.

Déroulement du voyage en avion :  

Les vols en avion, qui se déroulent d’est en ouest, profitent de la rotation de la terre tout en admettant qu’ils doivent faire face au vent d’ouest. Le tout, porte à porte (départ et arrivée à destination) pour nous passagers, prend environ 35 heures et nous sommes assis dans les avions autour de 23 heures. Le plus long trajet assis est de Los Angeles à Sydney, soit 14 heures et demie.
Nous sommes tous partis de chez nous vers 10h00 mardi matin le 6 octobre pour arriver à notre hôtel à Sydney jeudi matin, le 8 octobre vers 10h30. Michel, qui partait de Calgary, a du quitter sa maison plus tôt que nous et il est arrivé une heure après nous à l’aéroport de Sydney. Voici quelques anecdotes liées à ce long voyage :

  1. Au lieu de faire Québec, escale à Toronto, puis Los Angeles et Sydney, il aurait été préférable de faire Québec, escale à Montréal puis Los Angeles et Sydney. Nous n’aurions pas eu à dédouaner nos vélos comme cela fut le cas à Toronto.
  2. Notre ami Michel, qui est parti avant nous de Calgary, est arrivé après nous à Sydney.  Nous ne voulions pas sortir de l’espace à bagage avant de trouver notre ami Michel.  Hélène a eu la permission de retourner près du douanier.  Elle a secouru notre ami Michel en expliquant au douanier australien que nous n’avions pas d’adresse fixe, sauf les auberges de jeunesse.  Michel était en train de fouiller dans ses documents afin d’identifier l’hôtel.
  3. C’est lourd de passer les douanes américaines.  Il faut montrer à  trois et même quatre reprises les mêmes documents et nous craignons toujours d’arriver en retard.  De plus, les agents nous regardent comme si nous avions quelque chose à cacher et ils sont quelquefois disgracieux et même arrogants.
  4. À Toronto, le douanier américain fouille dans les étampes du passeport de Clermont et il voit un séjour au Qatar, à Beyrouth et en Arabie Saoudite. Il lui demande très sérieusement qu’elle était son emploi. Il lui répond qu’il était retraité.  Il le regarde encore plus sérieusement et sans dire un mot. Clermont, par télépathie, comprend qu’il s’interroge très sérieusement sur l’énergumène qu’il a devant lui et cherche à l’influencer aussi télépathiquement, sans résultats apparents.  Alors Clermont dit simplement (il avait ses deux valises et son gros sac à vélo avec lui) « I am travelling around the world with my bike for the promotion of an active life style. » Vous savez quoi, fouille totale pendant deux heures. Hélène et Richard, dans tous leurs états pensaient que Clermont avait dit une niaiserie ou emporter quelque chose de défendu. Farce à part, le douanier le  regarda avec envie et il l’a laissé poursuivre son chemin.
  5. Plusieurs chiens renifleurs se promènent pour aider les douaniers dans les fouilles de produits défendus. Clermont avait dit à Richard qu’il avait des galettes d’avoine et raisins et ce dernier craignait le sniff des chiens. Réellement nous avons été obligés d’ouvrir nos sacs et montrer nos roues de vélo pour que ceux-ci nous permettent de sortir des douanes.
  6. Richard, avec sa jambe bionique, se fait fouiller régulièrement.  Une fois, il s’est mis en colère parce qu’un agent lui dit placez-vous là, un autre arrive et lui dit sans ménagement que faites-vous là, placez-vous là.
  7. Hélène s’est faite fouiller aller retour par les douaniers qui ont voulu s’assurer que les roues de son vélo ne cachaient rien de louche. Farouche, notre Hélène, qui se faisait demander pourquoi elle semblait ennuyée, a répondu qu’elle avait déjà été fouillée comme ses amis et que ceux-ci attendaient inutilement après elle. Nous l’avons effectivement attendu un bon moment avec nos amis Lions qui étaient venus nous rencontrer à l’aéroport.


Premiers jours à Sydney :
 

  •  Deux membres Lions nous attendaient à Sydney depuis tôt le matin. Ils nous aidèrent à trouver deux taxis et avec tous nos bagages nous nous sommes rendus  à notre hôtel situé tout près de la gare centrale en plein centre de Sydney.
  • Après s’être installés et avoir dormi deux heures, Elvio, gouverneur Lions, est venu nous chercher pour aller prendre un apéritif puis se rendre au souper offert par les Lions. Il y avait une rencontre officielle avec plusieurs gouverneurs présents et passés et présidents de plusieurs clubs. Nous avons eu la chance de nous exprimer quelques minutes auprès de ces 80 personnes et d’expliquer la mission de notre club et les buts de notre périple en vélo autour du monde.
  • Le vendredi, nous avons ajouté une autre journée à notre réservation à l’hôtel, visiter la ville, travailler deux heures sur nos cellulaires, trois heures à fouiller pour s’acheter une voiture. Nous avons enfin trouvé une Mitsubishi avec l’espace suffisant pour mettre nos vélos, nos bagages et rouler partout selon nos besoins. Elle sera prête et en règle lundi matin. Au retour de l’achat, vers 18h30, nous nous sommes installés dans un bar restaurant, pris une bière et un frugale repas. En sortant, il pleuvait des clous, faisait très froid pour la saison, et malgré toutes nos bonnes intentions, nous sommes revenus à la chambre en taxi.
  • Hélène est très heureuse de savoir qu’elle n’aura pas à conduire puisqu’elle n’a pas les jambes assez longues pour changer les vitesses.
  • Nous ferons l’inspection de nos vélos et quelques kilomètres de route lundi et le soir, le 12 octobre nous coucherons dans une Formule 1, dont le prix est 35% moins élevé. Le grand départ en vélo, vers Cairns, se fera mardi matin.
  • Samedi, nous profitons de cette journée pour visiter la ville, faire quelques achats, répondre à nos courriels, mettre au point nos stratégies de voyage.

Faits vécus pour acheter une voiture : 

  1.  Richard au Québec et Michel à Calgary, avant notre départ, ont fouillé pendant un temps fou pour trouver un véhicule. Les offres jouaient autour de $ 4 000 et au moment de finaliser le dossier, les voitures n’étaient pas disponibles. Les seules possibilités jouaient entre  $ 6 000 et $ 7 000.
  2. Sur place, les membres Lions ont fait des démarches pour nous. Encore là, pas de succès. C’est le début des vacances et rien de disponible avant le 25 octobre, avec réservation immédiate à des prix frisant la folie.
  3. Nous avons visité 5 endroits pour trouver un véhicule usagé. Les négociations nous faisaient croire que nous devrions rouler avec une voiture standard et aucune permission d’ajouter un support à vélo.
  4. Enfin, grâce à notre patience, nous avons trouvé une vieille bagnole à $ 7 500 avec un rachat garanti de 50% de cette valeur. Nous enlèverons les sièges dont nous n’avons pas besoin et, sur place nous pourrons entreposer nos sacs à vélo. Les garanties sont complètes sauf pour le vol et les accidents causant des dommages à notre auto.

Les coups de cœur de ces trois jours :  

  1.  La chance de se retrouver tous les quatre avant de quitter l’aéroport de Sydney.
  2. La chaleur et l’accueil du gouverneur Elvio et la réception que nous avons reçue lors de leur rencontre au Centre des vétérans.
  3. Ici, tout revêt un caractère à l’envers, sans pour autant se sentir perdu. Sydney a toujours été tourné vers l’architecture et un art raffiné. Nous pouvons voir de partout, la tour tout à fait ronde de l’Australia Square.
  4. La diversité des races et de l’origine des gens rencontrés à Sydney.
  5. La propreté de la ville.

 Anecdotes :  

  1.  À l’Auberge de Jeunesse nous croisons trois jeunes français, Mélanie, Maxime et Rémi qui sont à la recherche d’un travail. Ils nous expliquent pendant plus d’une heure le fonctionnement de nos cellulaires.
  2. Si nous réservons notre chambre par Internet pour les Auberges de Jeunesse, nous avons le déjeuner gratuit.
  3. Nous avons croisé, comme dans la majorité des grandes villes, quelques personnes qui se promènent avec leur matelas pour aller dormir sous les ponts.
  4. Les gens ont toujours été accueillants et ils nous regardent comme des frères d’Amérique.
  5. Le coût de la vie est élevé. Une simple petite bouteille d’eau vaut le bas pris de $ 2,50 à 3,00. Il y a beaucoup de restaurants « fast foods » et la grande majorité sont entre les mains des asiatiques.
  6. On a vu un seul vélo et le vieux monsieur était assis sur une chaise à coté. Il n’y a pas de piste cyclable et les accotements semblent très rares. Nous allons rouler le moins possible dans les villes. Il est même permis de rouler sur toutes les routes d’Australie.
  7. L’Australie est un des endroits  le plus sec au monde. Il est indiqué que chaque minute de moins à utiliser l’eau de la douche sauve 9 litres d’eau.
  8. Le soleil frappe fort ici. Les rayons ultraviolets, même en temps nuageux peuvent provoquer un début de cancer. Nous nous devons de toujours se crémer avec une protection minimale de 15% et ne jamais s’exposer dehors entre 11H00 et 14H00. Devrons-nous pédaler de nuit ?

 Énigme du jour : Question à $ 1 000 (sixty four thousand dollars question?)  Lisez-bien :

Nous savons qu’à midi, heure avancée de l’est au Quèbec, il est 9H00  a.m. à Vancouver. Comment expliquer alors, puisque Sydney est plus à l’ouest, que chez-nous nos différences d’heures sont, soit de 14, 15 ou 16 heures en moins selon la période de l’année. À ce moment, lors de notre passage à Los Angeles, nous sauvons trois heures et au moment de notre arrivée à Sydney nous perdons 15 heures. Vos solutions sollicitées doivent nous parvenir par retour sur notre courriel. Trois questions se posent à notre esprit :
1.      En Australie, l’heure d’été varie-t-elle seulement en Nouvelle-Galle du Sud  et dans le territoire de la capitale australienne ? Si oui, à quelle période de l’année ?2.      Est-il vrai que la différence d’heure entre Alice Springs et Sydney varie de 30 minutes à 90 minutes à certaines périodes de l’année ? Pourquoi ?3.      Perth est situé  à l’ouest et Sydney à l’est. Quelle heure est-il à Montréal lorsqu’il est midi, soit à Perth ou à Sydney ? Votre contact est Michel Charland : michelcharland@shaw.ca

 Rédigé par l’équipe ¨Avec les Yeux du Cœur¨         

 

 

 

 

 

< Retour

Copyright © 2006-2014 FAM - Tous droits réservés - Réalisation Xtube Multimédia